La naturalisation française

Véritable parcours du combattant la procédure dure de 6 mois à 5 ans selon la préfecture et la façon de présenter son dossier car si l’ont tombe dans les pièges les plus classiques la perte de temps se compte en mois voir en années.

Il est impératif avant de se lancer dans la procédure de naturalisation de bien se documenter. Une petite erreur, la mauvaise case cochée dans le formulaire de demande, peut entrainer bien des soucis.

La naturalisation par décret répond certes au droit, mais du fait que l’administration est complètement libre de ses décision c’est par les retours d’expérience qu’on peut véritable connaître le meilleur chemin à suivre. C’est pour cela que nous avons créé ce site qui est basé sur des milliers de retours d’expérience que nous avons étudié.

La naturalisation par décret est donc totalement différente de la procédure de déclaration de nationalité par mariage par exemple, qui elle peut être contesté assez facilement devant le tribunal si vous pensez être dans votre droit.

LES 10 REGLES D’OR DE LA NATURALISATION PAR DECRET

1) Nul ne peut forcer l’État à vous naturaliser par décret, pas même un tribunal

2) Il est indispensable de vivre en France avec un titre de séjour valide, il en est de même pour la demande de réintégration par décret. Il n’est pas possible d’être naturalisé français ou réintégré dans la nationalité si on vie à l’étranger (sauf employés d’ambassade ou personnes rendant un service EXCEPTIONNEL à la France). Ne croyez pas les rumeurs, elles sont fausses, des escrocs vivent de ces rumeurs dans les anciennes colonies Françaises, ne les croyez pas !

3) La demande est individuel même lorsqu’on est marié (certaines préfectures reçoivent les époux ensemble mais ce sera 2 demandes distinctes au final)

4) Un parent ou un grand parent ayant servit l’état français n’est pas un motif pour obtenir la naturalisation pour vous, même s’il est mort pour la France. C’est vous qui demandez la nationalité, c’est vous qui devez avoir mis votre vie en danger pour la France.

5) L’essentiel des échecs viennent du manque d’insertion professionnelle, l’une des conditions indispensable est de travailler et de gagner plus que le SMIC. Le fait que votre conjoint travaille ne compense pas le fait que vous ne travaillez pas ! Donc attention pour les femmes au foyer ou les étudiants, ils sont ceux qui obtiennent le plus de refus. Liens à lire : étudiants,

6) En cas de refus l’État prononce généralement un ajournement de 2 ans. Attention ce n’est pas seulement 2 ans que vous perdrez mais plutôt 4 en moyenne (5 ans de perte en moyenne pour Paris) à cause de la longueur de la procédure. Donc en voulant déposer 6 mois trop tôt vous pouvez perdre 5 ans juste parce qu’il vous manque quelques mois d’insertion professionnelle

7) Il est impératif de respecter les critères de durée de vie en France avant de déposer sa demande. Le cas général est de 5 ans de vie ininterrompue et légale en France, il existe des réductions de délais (2 années d’études supérieures menant à un diplôme, réfugiés, citoyens d’un pays francophone, …). Respecter impérativement le délai sinon votre dossier ne passera pas. Lien à lire : durée

8) Il est impératif que votre conjoint vive en France de façon légale au moment de la demande, faites le regroupement familial AVANT de vous lancer dans la procédure de naturalisation sinon c’est un échec GARANTI ! De même pour vos enfants mineurs à votre charge ! Liens à lire : attaches familiales

9) Il est impératif d’avoir bien appris les questions habituelles posées pendant l’entretien concernant l’histoire et la connaissance des institutions. C’est un motif habituel d’ajournement. Lien à lire : les questions qu’on va vous poser

10) Ne croyez pas les rumeurs, méfiez vous des vendeurs de rêves qui vous disent “oui oui c’est possible je connais quelqu’un qui a réussi”, ne croyez pas les histoires du cousin de la belle-soeur du voisin, documentez vous ! Il n’y a pas de passe droit sauf si vous avez grimpé la façade d’un immeuble pour sauver un enfant !